Merci mes amis

samedi 29 août 2015, par CHOFFÉ Jean-Luc | | |


Mes Amis,
Que serais-devenu sans vous,
Lorsque, dépourvu de tout,
Vous vîntes à mon secours,
Vous, mon seul recours.

Choco, avec son piston malade
Me laissait là, bien en rade !
Et, privé de la voiture,
C’était la fin de l’aventure...
Mais c’était sans compter
Sur votre fidèle amitié.

De l’étape de Berlin il n’était plus question
Et vous n’hésitâtes pas à prendre une décision :
Tant-pis pour la Spree,
Le groupe reste soudé.

Je n’oublie pas non plus
Jocelyne, Françoise ni Claudine,
Qui marquèrent leur refus
D’aller jusqu’à Berline.

En dernière extrémité, déjà Paulo
Prévoyait un retour sur plateau.
Au dîner, j’avais le moral dans les chaussettes
Et rien ne me tentait dans mon assiette.

De bonne heure le lendemain, Jean-Louis et Daniel
Retournaient vers Torun à toute vapeur,
Tandis qu’Alain, Georges, Paulo et moi démontions le moteur
Pour vérifier l’état des bielles.

A quinze heures la Charleston est de retour.
Tierce des segments, remontage des pistons,
Réglage des culbuteurs et serrage des boulons.
Choco démarre au quart de tour.

Il est dix-huit heures et il fait beau.
Je peux refermer le capot.
Le retour se fera sans accrochage,
Juste une période de rodage.

Alors que je croyais que c’était foutu,
Rien n’était encore perdu.
Vous étiez là mes amis,
Et je vous dis, MERCI.





    Site réalisé avec  S P I P - 2013 - SE CONNECTER
    Directeur de publication : Mario TAGLIONE (Président) - Webmestre : les adhérents